Patrimoine Toulousain En Danger


4 Commentaires

Pétition pour une densification raisonnée et contrôlée à Tournefeuille

 

     Bonjour,

 

     Les toulousaines, les maisons traditionnelles de Toulouse, et plus généralement, de la région ne sont toujours pas protégées. Et d’autres villes se mobilisent pour tenter de les sauver en demandant que la densification se fasse de façon plus raisonnée et contrôlée.

 

     C’est le cas à Tournefeuille. Quelques toulousaines ont vaillamment résisté aux assauts du temps mais pas à celui de la mairie qui a décidé de densifier. Le projet prévoit la démolition de maisons traditionnelles pour les remplacer par des immeubles (le plan – avec une façade de 75 mètres côté rue – annonce, pour l’instant, 4 immeubles sur 4 étages, soit 95 logements et 4 villas). Une autre toulousaine a déjà été vendue à un promoteur, deux autres devraient également subir le même sort et un autre promoteur prévoit, pour sa part, un programme de construction de 110 logements.

 

     Ces bâtiments vont également détruire un espace arboré. Il est étrange de densifier, d’apporter de la pollution due à des voitures supplémentaires mais de détruire les apports en oxygène !

 

     Bien sûr, des riverains vont être impactés par ce complexe immobilier, tant par rapport aux bâtisses elles-mêmes à côté des maisons et jardins que par rapport à la circulation automobile et donc au bruit et aux embouteillages que va, indubitablement, générer cette densification dans ce quartier pavillonnaire.

 

     L’association « Porte de Tournefeuille » a donc mis en place une pétition pour demander une urbanisation contrôlée dans la ville. Vous pouvez la signer ici : http://portedetournefeuille.fr/w/petition/

 

     Et pour plus d’informations sur ce projet immobilier, vous pouvez lire le blog de l’association de quartier « Porte de Tournefeuille », à cette adresse : http://portedetournefeuille.fr/w/

 

     A bientôt !

 


Poster un commentaire

Assez !

Bonjour,

 

         Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour protéger les maisons traditionnelles et le cadre de vie charmant, paisible et agréable des personnes qui habitent ces maisons (traditionnelles ou pas, d’ailleurs) …

 

         Très souvent – trop souvent – on entend que des maisons, des « petites toulousaines » disparaissent et on voit des immeubles sortir de terre. On ne peut pas conserver des maisons en trop mauvais état, nous dit-on. Soit, pourquoi pas. Bien que pour certaines, il doit être possible de les rénover. Mais les autres ? Toutes ne sont pas dans un état de délabrement inquiétant. Quid, donc, de celles-ci ?

 

        La mairie dit tenir aux espaces verts. Mais qu’en est-il des jardins privés ? Souvent, là où se tenaient naguère une ravissante maison traditionnelle et son petit jardin privatif, se tient, aujourd’hui, (quand ceux-ci ont été mis en vente) un géant de béton. Personnellement, je vois le jardin comme un apport indéniablement positif à la maison, en terme de qualité de vie, de beauté, un poumon d’oxygène dans une ville qui se densifie sans cesse, mais d’autres le voient différemment : une maison de belle taille avec jardin = la place nécessaire afin de construire un immeuble.

 

         Et que dire des couleurs ? Toulouse, c’est la ville rose, avec ses tuiles et ses briques. La couleur grise des galets de Garonne prend le pas aujourd’hui mais le matériau n’est plus le même. Le béton règne en maître. Et on voit de grands ensembles gris qui n’ont plus rien à voir avec l’âme architecturale toulousaine.

 

Cette pléthore de  constructions, ce bétonnage à outrance et tous ces changements affectent les riverains.

Que penser et que faire quand on vous a remplacé l’ombre bienfaisante des arbres (désormais abattus) par l’humidité d’une façade bétonnée ?

Que penser et que faire quand votre vision si agréable de verdure s’est transformée en un mur qui condamne votre fenêtre ?

Que penser et que faire, quand des personnes ont vanté la quiétude et la douceur de vivre dans votre quartier et qu’elles vous en ont privé, pour construire juste à côté de votre maison ?

Que faire et que dire quand votre maison s’en trouve dévaluée ?

Que faire et que dire quand, malgré votre demande, on ne vous écoute pas ?

Que faire et que dire quand les personnes sollicitées et responsables de la dégradation de votre situation refusent de vous entendre, de reconnaître leur responsabilité et de vous aider ?

Si vous avez du courage et de la ténacité comme des personnes que l’on rencontre parfois, vous continuez à vous battre en espérant être enfin entendu !

 

 

         Je ne doute pas que certains trouvent de la beauté et du charme dans ces grands bâtiments gris uniquement faits de béton (après tout, les goûts et les couleurs …). Mais le jour où il ne restera plus aucune maison toulousaine debout, où la ville aura perdu tout son charme et sa spécificité architecturale, où elle ressemblera à toute autre ville, pâle photocopie de la fin du XXe siècle et du début du XXIe, que l’héritage de nos ancêtres aura été avalé par les démolisseurs, que les petits jardins agréables qui agrémentaient les maisons d’autrefois auront disparu avec elles, il sera trop tard !

 

         Je vous souhaite une bonne journée.

 

A bientôt !

 


Poster un commentaire

Vidéo de présentation

Bonjour,

 

Voici une vidéo de présentation de la pétition (dont je rappelle d’ailleurs le lien : www.petitions24.net/toulousaines__patrimoine_architectural_en_danger )

 

 Pour les personnes qui ne l’auraient pas vu, il y a un article de présentation de la pétition sur ce blog, ici.

 

A bientôt !


Poster un commentaire

Les platanes du canal : les géants se meurent …

Bonjour,

         Que serait le canal sans ses platanes ? Malheureusement, c’est ce que nous ne tarderons pas à découvrir puisqu’il a été pris la décision en 2011 d’abattre les 42 000 arbres du Canal (avec l’espoir qu’ils ne soient pas tous touchés d’ici la fin de la politique d’abattage pour pouvoir en sauver quelques uns). En effet, les platanes sont atteints par le « chancre coloré », un champignon apparemment arrivé des Etats-Unis dans le bois des caisses de matériel militaire lors de la Seconde Guerre mondiale.

         Il n’existe, selon les spécialistes, aucun traitement qui permette la guérison des platanes et pour éviter la propagation, il faut une désinfection complète des outils entrant en contact avec les platanes (lors de l’élagage …) ou leur proximité. Heureusement, des arbres vont être replantés, apparemment des platanes résistants à ce champignon, créés en 2003 ou des frênes. On ne peut pas contester la décision d’abattage quand on se promène et que l’on observe certains arbres complètement rongés et creux à l’intérieur. En effet, ils risqueraient de tomber à la « moindre » bourrasque. Il n’en reste pas moins que cela fait peine à voir !

         Je vous montre quelques photos prises des platanes malades :

 

100_4535

100_4539

100_4540

100_4543

100_4548

Et voici l’intérieur de l’arbre de la photo précédente :

100_4576

100_4556

100_4561

De même, voici l’intérieur de l’arbre de la photo précédente :

100_4563

100_4570

100_4599

100_5087

100_5090

A bientôt !


Poster un commentaire

Toulouse : Histoire(s) et anecdotes

Bonjour,

 

Toulouse est une ville très ancienne et, à ce titre, elle possède un grand nombre d’histoires et d’anecdotes. Et si nous partions à leur découverte ?

 

         –  Toulouse porte, aujourd’hui, l’élégant surnom de « Ville Rose » mais elle s’est parée, durant sa longue existence de plusieurs surnoms suivant les époques. Ainsi, en hommage aux comtes de Toulouse, elle s’est fait appeler la Ciutat Mondina (autrement dit la « Cité Mondine »). Au XIXe siècle, la gracieuse violette, devenue l’emblème de Toulouse, lui légua le délicat surnom de « Cité des Violettes ».

 

         –  Quel est le plus ancien pont de Toulouse ?

Le Pont Neuf (Toulouse)

Le Pont-Neuf (Toulouse)

        

         Le Pont-Neuf n’est pas, comme son nom pourrait le laisser présager le pont le plus récent de la ville. Il est même considéré comme le pont le plus ancien de Toulouse. Sa construction commença au XVIe siècle pour ne s’achever qu’au XVIIe. Les guerres de religion ont ralenti sa construction. En réalité, un pont est encore plus ancien, il s’agit du pont de Tounis.

 

         Le Pont Neuf ou Pont-Neuf de Paris est également le pont le plus ancien de la capitale. Sa grande résistance (aux crues, par exemple) a même donné naissance à l’expression « être solide comme le Pont-Neuf » ou « Se porter comme le Pont-Neuf ».

 

         –  Pour continuer sur le thème des ponts, les Ponts-Jumeaux construits au XVIIIe siècle (plus précisément en 1774) sont devenus au fil du temps des triplés. En effet, le pont du Canal du Midi et le pont du Canal de Brienne ont accueilli un frère en 1844, le pont du Canal Latéral.

100_5013

 

         –  Le Canal du Midi, projet titanesque du XVIIe siècle a été créé par Pierre-Paul Riquet. Malheureusement, il n’aura pas la chance de voir son ouvrage terminé puisqu’il décèdera le 1er octobre 1680 et que les travaux ne seront terminés qu’en décembre 1682. Une statue de Pierre-Paul Riquet domine les allées Jean Jaurès afin de lui rendre hommage tous près du canal. Mais, là encore, il ne « peut » contempler son œuvre puisque la statue est positionnée dos au canal !

 

Je vous souhaite une excellente semaine.

 

A bientôt !


Poster un commentaire

Le petit jardin VS bétonnage intensif

Bonjour,

        Une autre ville que Toulouse puisqu’il s’agit de Paris pour la première chanson et du pays en général puisqu’il s’agit de la France pour la deuxième. Quelques décennies en arrière aussi, et pourtant, malheureusement, rien n’a vraiment changé. Le béton continue de régner en maître (au passage, les autres thématiques n’ont, elles non plus, rien de suranné).

Voici donc deux chansons, datant des années 70, et qui dénonçaient déjà le bétonnage intensif.

LE PETIT JARDIN
de Jacques Dutronc et Jacques Lanzmann (parolier), 1972

C’était un petit jardin
Qui sentait bon le métropolitain,
Qui sentait bon le bassin parisien.
C’était un petit jardin
Avec une table et une chaise de jardin,
Avec deux arbres un pommier et un sapin
Au fond d’une cour à la Chaussée d’Antin

Mais un jour, près du jardin,
Passait un homme qui, au revers de son veston,
Portait une fleur de béton.
Dans le jardin une voix chanta:

REFRAIN:
« De grâce, de grâce,
Monsieur le Promoteur,
De grâce, de grâce,
Préservez cette grâce.
De grâce, de grâce,
Monsieur le Promoteur,
Ne coupez pas mes fleurs.

C’était un petit jardin
Qui sentait bon le métropolitain,
Qui sentait bon le bassin parisien.
C’était un petit jardin
Avec un rouge-gorge dans son sapin,
Avec un homme qui faisait son jardin,
Au fond d’une cour à la Chaussée d’Antin.

Mais un jour, près du jardin,
Passait un homme qui, au revers de son veston,
Portait une fleur de béton.
Dans le jardin une voix chanta:

REFRAIN

C’était un petit jardin
Qui sentait bon le bassin parisien.
A la place du joli petit jardin,
Il y a l’entrée d’un souterrain
Où sont rangées comme des parpaings
Les automobiles du centre urbain.

C’était un petit jardin
Au fond d’une cour à la Chaussée d’Antin.
C’était un petit jardin
Au fond d’une cour à la Chaussée d’Antin.

LA FRANCE DEFIGUREE

de Jacques Dutronc et Jacques Lanzmann (parolier), 1973.
Je voudrais que tu t’appelles Marie
Et que tu sois pleine de grâce
Mais tu t’appelles France
Et tu es défigurée

Oui, tu es ma France défigurée
Ma France des HLM et des forêts coupées
Ma France bétonnée aux tours inhumaines
Ma France des déversoirs et des océans noirs

Je voudrais que tu t’appelles Marie
Et que tu sois pleine de grâce
Mais tu t’appelles France
Et tu es défigurée

Oui, tu es ma France défigurée
Ma France des CRS et des tôles froissées
Ma France de détresse aux poulets hormonés
Ma France de papiers gras et de vins trafiqués

Je voudrais que tu t’appelles la France
Et que tu redeviennes comme avant
Comme avant quand on allait pour boire
Le petit vin blanc de Nogent

Comme avant quand on allait pour voir
Cerisier rose et pommier blanc

A bientôt !


Poster un commentaire

Page Facebook

Bonjour,

        J’aurais certainement dû écrire cela plus tôt ici. Une page Facebook avait été ouverte pour le blog mais elle n’est plus alimentée depuis quelques temps. Je suis désolée, je n’ai pas pu prévenir les quelques personnes qui suivaient la page qu’elle ne serait plus mise à jour (pour une raison indépendante de ma volonté). Je le précise donc dans cette note au cas où ces personnes se promèneraient sur le blog.

A bientôt et bonne rentrée !


Poster un commentaire

Préserver la ville en la renouvelant !!!

Bonjour,

         Juste un petit mot pour vous faire savoir que la Mairie a engagé un architecte conseil dont la mission sera de concilier le respect du patrimoine avec le renouvellement de la ville (comme l’appelle la mairie). Bon courage à cet architecte car préserver en renouvelant, c’est paradoxal !

Excellente semaine à toutes et à tous !

A bientôt !


Poster un commentaire

Bonjour !

Bonjour,

         Ce blog était auparavant sur une autre plate-forme mais suite à une impossibilité prolongée de publier quelques mots (problème venant apparemment de la dite plate-forme), je tente un déménagement ici. Je copie les anciens articles en mentionnant leur première date de publication mais le blog est toujours actif.

Je vous souhaite une excellente semaine et peut-être à bientôt !


Poster un commentaire

Rapport du commissaire enquêteur (PLU)

Bonjour,    

         Le commissaire enquêteur a rendu son rapport suite à l’enquête publique relative au projet de révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme). Vous pouvez consulter ce rapport à cette adresse par exemple :

http://www.toulouse.fr/c/document_library/get_file?uuid=4e5ee84a-7661-4ffd-8f91-16835111ba2f&groupId=10128

        

         Au total, lors de l’enquête publique, 1034 requêtes ont été déposées. La commission d’enquête a émis un avis favorable sur le projet du PLU avec des réserves et des recommandations.

         En matière de patrimoine, ce présent projet de révision du PLU est bien loin de refléter en action les belles paroles de la Mairie en matière de protection et le responsable du projet écrit même avoir instauré « une démarche expérimentale en faveur de la protection du patrimoine bâti » ! Une démarche expérimentale !!! Dire que d’autres villes de France ont – et depuis des années – déjà classé leur patrimoine traditionnel ! La ville de Toulouse est bien en retard et ne se presse pas beaucoup pour défendre ses éléments bâtis à préserver et les classer en « éléments bâtis protégés ».

Pourquoi la ville de Toulouse est-elle donc une si mauvaise élève ?